Colloque « Vertige de la lumière »

Dans le cadre de l’exposition des étudiants en arts plastiques de Bordeaux 3 FRICTIONS #2, nous avons le plaisir de vous convier au colloque dont l’objet d’étude portera sur le Vertige de la lumière. Cette rencontre se déroulera le Mardi 23 Octobre 2012 à partir de 18 h 30 dans l’Auditorium du Forum des Arts & de la Culture à Talence.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Ce colloque multidisciplinaire se donne pour but, à travers des approches croisées, de dynamiser les passerelles entre arts et sciences. Tour à tour symbole, matière, esthétique, philosophie, la lumière n’a cessé d’être source d’inspiration et de réflexion pour les artistes et de recherche pour les scientifiques car de la lumière on sait tout et on ne sait rien. Nous verrons comment interagissent ces différentes prospectives autour d’un débat entre artistes, scientifiques historiens de l’art et de la littérature.

Présenté par Aurélie MARTINEZ et David MAUZAT, avec la participation de :

Denis DUMORA

La lumière : objet d’étude et auxiliaire de recherche pour le physicien.

Perçue par la vision, notre sens le plus performant, la lumière est probablement un des tous premiers objets d’étude de la Physique. Ses différentes propriétés ont pendant longtemps résisté à l’interprétation des physiciens pour n’aboutir à une description cohérente du phénomène que dans le cadre de la physique moderne. Cependant, l’intérêt du physicien pour la Lumière va bien au-delà du simple objet d’étude puisqu’elle est aussi souvent le messager par lequel celui-ci accède aux secrets les plus enfouis de l’Univers qui nous entoure.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

 Allain GLYKOS

Dans la pénombre des réverbères.

Tout a commencé, peut-être, dans une caverne avec des esclaves enchaînés, et puis l’un d’entre eux fut poussé, forcé à monter vers le soleil,  pour connaître le souverain Bien. Durant son exil ses frères en servilité continuaient de croire que la nuit, sous la terre, était la vérité. Depuis ce jour, on associe volontiers la lumière à la connaissance, l’obscurité à l’ignorance.  Mais la pénombre n’est-elle pas aussi le lieu de la recherche, du doute, de l’inquiétude ? Ces moteurs d’intelligence qui portent les artistes et les scientifiques à repousser les limites des réverbères sous lesquels ils explorent des territoires prétendument vierges et s’y perdent parfois.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Nawel SEBIH

A la lumière du vide : Analyse des effets lumineux et ombreux sur l’espace dans le cadre des arts visuels.

En novembre dernier, une équipe de chercheurs a réussi à convertir des photons virtuels issus du vide en photons réels, particules élémentaires de la lumière. Si cette découverte nous apprend que du vide peut surgir la lumière, qu’en est-il de leur implications mutuelles dans les arts du visuel ?

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Alexandre ROUDEIX

Le Gorgonéon : objet prothétique technico-scientifique à caractère artistique.

Le Gorgonéon est un objet prothétique technico‐scientifique à caractère artistique. Il permet de mirer l’absolu. Il révèle une image acheiropoïète, un miroitement incertain du spectaculaire, pour l’œil et pour l’esprit : une image diaphane.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Evrard DELBEY

Lumières apolliniennes, lumière sublime dans les Poèmes de Venance Fortunat.

Venance Fortunat, poète élégiaque chrétien du VIème siècle, s’attacha particulièrement à la thématique de la lumière divine. Il y introduisit le motif des deux ordres de grandeur qui permet de saisir toute la signification christique de cette lumière : grandeur apollinienne de la lumière qui rayonne dans les monuments religieux, grandeur sublime de la Lumière qui émane de Marie.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Ferdaous BOUAINE

L’Homme de la lumière.

Ferdaous Bouaine analysera la présence obsessionnelle du thème de la lumière dans le texte dibien à propos de la parabole coranique (le tabernacle de la lumière) et de la pensée soufie qui fait de l’illumination une étape ultime du périple spirituel à la recherche d’une vérité illuminatrice. Dieu n’a-t-il pas dit : « Dieu guide vers la lumière qui il veut. Et Dieu propose aux hommes des paraboles, car Dieu connaît toutes choses ». (Coran, XXIV, 35.)

 – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Charles COMBETTE

De l’obscurité du néant à l’abyme de la lumière – La trajectoire de la connaissance dans 3″ de Marc-Antoine Mathieu.

Trois secondes, c’est la durée diégétique de l’œuvre double produite par Marc-Antoine Mathieu. Double car accessible selon deux modalités : sous la forme d’une bande dessinée d’une part, et comme animation, sur internet, d’autre part. Deux expériences complémentaires qui nous donnent à suivre le parcours d’un rayon de lumière pendant trois secondes. Nous nous proposons donc d’analyser ce travail engendré par la contrainte d’observer au travers de la source même de ce qui permet la vision.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Sophie ITEY

Vertige de la lumière ou la matérialité du virtuel.

L’art numérique de part sa nature est lumière, c’est par elle que se dévoile l’image, non à la manière du procédé photographique, puisque ce n’est pas l’écriture concrète de la lumière, mais de part sa technicité. Du net art en passant par les installations interactives et jusqu’aux œuvres immersives, ou encore le mapping vidéo ou interactif, le spectateur est plongé dans une illusion perceptive, un espace mêlant réel et virtuel.

 

Laisser un commentaire